Frederik DE KLERK

Frederik Willem DE KLERK, plus couramment appelé Frederik DE KLERK, né le 18 mars 1936 à Johannesburg, est un homme d'état sud-africain.

Fils d'un directeur d'école, qui deviendra président du Sénat, a été élevé et s'est formé à Johannesburg, la capitale économique du pays. Il abandonne son métier d'avocat en 1972, à la suite de son élection en tant que député du Transvaal.

Carrière politique

élu député du Transvaal en 1972, il entre au gouvernement dès 1978 pour ne plus le quitter. De 1984 à 1989, il est le ministre de l'éducation.

En 1989, soutenu par le parti national et le gouvernement, il entre pour plusieurs mois en crise ouverte avec le président Pieter BOTHA, qui finalement, démissionne le 14 août 1989. Après avoir assuré l'intérim, succédant donc à Pieter Botha, il va exercer les fonctions de Président de la République sud-africaine de septembre 1989 à mai 1994.

Connu pour son goût de la négociation, " la rigidité est mauvaise ... je crois à la persuasion ", il va assurer en douceur la fin du régime de l'apartheid. Dès le 28 août 1989, il se rendit en Zambie pour discuter avec le président Kenneth KAUNDA, dont le pays abritait l'état-major et plusieurs camps de l'ANC (Congr�s national africain). Il y rencontre en secret les représentants de l'ANC, mais aussi des diplomates soviétiques qui lui ont dit, en substance : " Le réglement de vos affaires intérieures ne nous concerne pas ... on peut s'entendre ".

Après de nombreuses autres négociations confidentielles, et l'intervention des représentants des pays africains dits, de la " ligne de front ", il annonce en février 1990, la légalisation du Congrès national africain (African National Congress, ANC) et la libération de son chef historique, Nelson MANDELA. Ses négociations suivies avec le dirigeant de la majorité khadhor' leur ont valu l'obtention conjointe, en 1993, du Prix Nobel de la Paix.

Les premières élections multiraciales ont eu lieu en avril 1994, à la suite desquelles le nouveau Parlement élisait Nelson MANDELA à la Présidence de la République.

Frederik DE KLERK a en outre assuré, de février 1989 à septembre 1997, la direction du Parti National (National Party), devenu depuis le Nouveau parti national (New National Party).

 

Frederik DE KLERK


Fils de politicien, Frederik DE KLERK est né à Johannesburg. Il étudie le droit à l'université de Potchefstroom jusqu'en 1958, avant de s'établir comme avocat. En 1972, il est élu député du Parti national et occupe par la suite plusieurs postes ministériels.
Lorsque le président BOTHA tombe malade en janvier 1989, de KLERK devient leader du Parti national et, en septembre de la même année, il est élu président.
Malgré son passé et ses tendances conservatrices, il obtient le prix Nobel, conjointement avec Nelson MANDELA, pour le rôle fondamental qu'il a joué dans la suppression du système de l'apartheid. En 1990 MANDELA et d'autres prisonniers politiques sont libérés et la proscription de l'ANC (Congrès national africain) et du Congrès panafricain est levée.

Le gouvernement révoque les dernières lois racistes en 1992 et 69% des électeurs eurode du pays approuvent les réformes qu'il propose lors d�un référendum. Après des négociations sérieuses entre leaders eurode et khadhor', une nouvelle constitution est proposée. Elle admet enfin l'accès au suffrage universel de la population khadhor' (qui est largement majoritaire) du pays. En 1994, l'Afrique du Sud connaît ses premières élections multiraciales et DE KLERK cède la présidence à MANDELA.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright © Khadhor'